LA maison calcinée par la lumière (Álvarez Ortega) — Arbrealettres

LA maison calcinée par la lumière En haut, près de la fenêtre qu’embrase le lierre, le visage qui n’a pas été. Et puis, quand le rêve se dépeuplera, la douleur de n’être qu’absence. Aveugle, la voix du jour. (Álvarez Ortega) Recueil: Genèse suivi de Domaine de l’ombre Traduction: Jacques Ancet Editions: Le Taillis […]

via LA maison calcinée par la lumière (Álvarez Ortega) — Arbrealettres

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.